TMC
 

Identification






Mot de passe oublié ?
Design et territoires innovants - janvier 2009

 

Rencontre Design-Innovation janvier 2009

L'APCI (www.apci.asso.fr), agence pour la promotion de la création industrielle, organisait les 12 et 13 janvier 2009 à Paris cette conférence abordant les politiques de promotion du Design et de l'innovation dans différentes régions d'Europe.

Je vous propose ici quelques traces des idées qui m'ont marqué, plus qu'un compte-rendu officiel et complet (diffusion publique avec l'accord de l'APCI).

Thierry Merle

 

Sommaire

  • Introduction et conclusion personnelle
  • Les politiques de soutien au design et à l'innovation
  • Les régions créative
  • Les entreprises innovante
  • Une nation innovante

 

Introduction et conclusion personnelle

Beaucoup d'enseignements peuvent être tirés de ces témoignages pour accompagner les entreprises de la région Bretagne, qu'elles soient actives dans les pôles de compétitivité, ou bien déjà identifiées et accompagnées par une Technopole, voire "isolées" de tout cluster.

Il faut sans doute distinguer ici plusieurs apports :

  • des réflexions théoriques utiles en premier lieu aux spécialistes du design, aux professionnels de l'accompagnement des entreprises en innovation, et aux établissements de formation,
  • des analyses des leviers économiques de l'action politique pour l'animation des compétences sur un territoire, de dynamisation ou valorisation de la création (notamment industrielle, mais pas uniquement), et des conditions de succès de telles politiques,
  • des méthodologies et points de repère sur le management opérationnel du design et de l'innovation, présentés de façon très synthétique ici. Elles nécessitent probablement plus d'élaboration, traduction, contextualisation, pour être utilisables par les PME, voire par certains grands groupes qui n'ont peut-être pas ou plus de réelle politique de management de l'innovation.

En tout cas, la complémentarité entre les trois axes semble indiscutable :

  • Présence d'une masse critique de professionnels, de prestataires et de formations

  • Accompagnement institutionnel sur la durée avec une forte visibilité

  • Volonté d'une partie des entreprises (donc de leurs dirigeants) de sortir d'une gestion basée essentiellement sur des projections « raisonnables », pour mettre en place un management de l'innovation et de la création interprétant et anticipant les demandes des client, bref inventer un monde différent.

Les politiques de soutien au design et à l'innovation

En introduction, Monsieur Ziga Türk, Ministre de la Croissance de la Slovénie, a rappelé que la stratégie de Lisbonne avait été révisée au printemps 2008, pour promouvoir l'innovation et la créativité, dans trois champs : la culture européenne, la recherche, et le développement du capital humain. D'où le cadre "European year of creativity 2009"

  • La vision sous-jacente est l'évolution des marchés et de la source de la valeur ajoutée :
  • On ne paye plus pour la fonction mais pour le sens, l'image, la confiance, la santé, l'éthique....
  • Nous quittons l'âge de l'information pour un âge "créatif et conceptuel".

Une politique globale doit donc inclure :

  • Un réexamen des valeurs et de l'éthique

  • Un coup de pouce à la créativité, en la démocratisant (non réservée au design et à la R&D)

  • Une évolution de l'économie sur des axes avec du sens : qualité, tradition, soin...

Ensuite Armand Hatchuel, Professeur à l'École des Mines ParisTech nous a présenté ce qu'il nomme les « Nouveaux régimes de la conception » :

La culture / fonction du designer consiste à remettre en cause la "stabilité des objets" (de la perception que l'on en a) ; travailler sur la rupture d'identité des objets ne se limite pas à la créativité.

2 approches managériales sont possibles : soit exiger soit exprimer l'innovation technique.

Pour simplifier : Dans le second cas on laisse la technique générer une innovation quand elle peut, et on cherche ensuite quoi en faire ; dans le premier cas, la vocation de la technique est de contribuer à un processus d'innovation global et piloté.

Les démarches théoriques de A. Hatchuel le conduisent à distinguer deux modalités d'innovation :"parure" (identité conservée, expansion et révélation de propriétés) et "pointe" (identité ébranlée, nouvelles classes d'objets) (si je reformule sans trop trahir).

Les méthodes d'innovation peuvent s'appuyer sur ces typologies pour mobiliser à bon escient

  • pour des logiques cognitives / expansion de concepts : un commando créatif
  • pour des logiques collaboratives : des séminaire participatifs avec experts et parties prenantes.

En conclusion, il recommande de continuer à développer :

  • Les bases théoriques et philosophiques communes aux différentes activités de conception : importance du concept et de la forme (quelle est la forme d'un parfum ?)
  • La formation généraliste du designer et l'initiation à la production de connaissance, à la recherche
  • Les formations communes designers – ingénieurs
  • La participation des designers à tous les grands projets d'innovation... sous réserve d'une démarche collective de conception innovante

Reinhard Büscher, responsable de l'unité « support à l'innovation » de la DG Entreprise et Industrie rappelle que conformément aux règles de subsidiarité, l'Europe en tant que telle n'a pas vocation à soutenir directement l'innovation et le design. Par contre elle peut organiser le soutien aux actions locales.

Deux programmes sont conçus dans ce but :

1. PRO INNO Europe http://www.proinno-europe.eu/

2. Europe INNOVA : http://www.europe-innova.org

On constate les centres de design ne sont pas suffisamment connus par les centres d'innovation.

Les prochains appels à projets insisteront pour que ces communautés soient plus en relation.

Par exemple le design pourrait être plus mis en avant lors de la "semaine de l'innovation".

Le projet IMP3rove présenté par Eva Diedrich (AT Kearney) a pour objectif un benchmarking sur les processus d'innovation des PME, donner accès à des consultants et ressources, avec pour objectif de relier toutes les dimensions du management de l'innovation.

Les régions créatives

Des intervenants venus de toute l'Europe sont venus témoigner de leur expérience de mise en œuvre de politiques régionales de promotion du design, ancrées dans des histoires locales différentes :

  • Région de Courtay (Flandres) – depuis 2004
    Promotion de la création dans un tissu de PME

  • Bade Wurtemberg (Allemagne) – depuis les années 50
    valoriser un savoir-faire industriel et une forte culture design

  • Turin (2009 world design capital choisie par ICSID en 2003, préparation depuis 10 ans)
    quitter l'image de "la ville de Fiat" pour devenir une ville ouverte sur l'Europe

  • Le Danemark, avec son programme national DESINOVA « User driven innovation »

Très variées dans leur dynamique locale, les présentations ont toutes mis en évidence l'intérêt d'actions multiples convergentes dans le domaine du design, le plus souvent :

  • un lieu permettant des expositions temporaires et permanentes

  • un centre de ressources (bibliothèque ou librairie spécialisée)

  • une revue valorisant les créations et les actions locales, et les liens avec le reste du monde du design

  • des prix récompensant les créations locales (ou thématiques), voire provoquant des créations

  • éventuellement une "marque collective"

  • des formations initiales et continues (universités d'été) – et des expositions associées aux travaux réalisés

  • des programmes d'encouragement et soutien, reliant souvent innovation et design

  • et évidemment l'implication des entreprises elle-mêmes.

Bien souvent, la structure fédératrice n'est pas organisatrice de l'ensemble des évènements, ni même l'unique source de financement, mais est d'abord là pour mettre en cohérence des initiatives relativement indépendantes mais convergentes (330 initiatives en un an à Turin !).

Les échelles (du point de vue périmètre géographique et engagements financiers) peuvent varier, mais une action sur la durée, pluriannuelle, est nécessaire.

Les entreprises innovantes

Michael Thomson, président de BEDA (Bureau of european design association) présente en introduction un parallèle parlant entre les théories de l'apprentissage et la prise en compte du design dans les entreprises :

Incompétence ignorée (on ne sait pas qu'on pourrait apprendre)

Design implicite

Incompétence identifiée

(on commence à apprendre)

Design explicite par un agent externe

Compétence identifiée

(on sait faire et on y travaille)

Design explicite interne

Compétence ignorée (on fait naturellement, c'est en nous)

Design naturel (embedded design), inclus dans la marque


Plusieurs entrepreneurs – de la high-tech à des domaines en apparence banals, ont témoigné de belles réussites économiques, et dont on ne peut pas dire de leurs démonstrations d'innovation si elles sont "de rupture" ou "continues", tant le résultat semble aller de soi... après coup !

Leur "métier" principal semble être de pousser leurs structures vers de nouveaux domaines, ou de réformer les marchés en proposant des visions, produits et services qui changent la vie de leurs clients.

Pour Giovanni Benedetti, le rôle du repreneur est de bouleverser les représentations, de "changer le monde". Il met en place des directeurs d'unités opérationnelles pour gérer, et une petite équipe autour du dirigeant s'occupe de la partie créativité / invention. Pour lui, le dirigeant doit porter la vision créative. Voir l'une de ses aventures à http://findarticles.com/p/articles/mi_qa4143/is_200407/ai_n9452198

Il en fait aujourd'hui profiter des milliers de jeunes créateurs en tant qu'administrateur du fonds Prince's Trust (www.princes-trust.org.uk)

Partant du constat qu'une diversification par le prix ou les outils utilisés était impossible, Victor Oliveira a transformé Vangest, société Portugaise de sous-traitance en injection plastique, en un groupe cohérent de prestations "à la carte", mais couvrant toute la chaîne des services pour aider les entreprises à créer et fabriquer de nouveaux produits : Design, engineering, 3D scanning, Rapid manufacturing, Rapid prototyping. (www.vangest.com)

Son credo : faire beau, économique et vite. De son point de vue les "formations croisées" sont indispensables pour combler l'espace entre designers et fabricants.

Fred Collopy contribue au lancement à Cleveland en 2009 du premier MBA "design methods and techniques". Il était invité à aborder les deux relations possibles entre créativité et management : manager la créativité, ou mettre de la créativité dans le management ?

Tentons de résumer ces deux approches et ses recommandations :

I. Managing creativity : comment les managers peuvent aider les créatifs ?

  1. Créer un environnement qui montre un réel respect pour les idées
    (Repérer et valoriser toutes les techniques de génération d'idées utilisées)

  2. Gérer l'environnement matériel : un haut plafond augmente la créativité ; autoriser le rire

  3. Protéger l'activité créative et les collaborateurs (ex Mizoguchi pour le portable Toshiba et Jobs pour l'équipe Macintosh)

  4. Garantissez l'équilibre entre exécution et idéalisme

  5. Persuadez vous-même l'environnement (ce n'est pas le travail des créatifs)

II. Managing creatively : comment les créatifs peuvent aider les managers ?

Utiliser deux 2 leviers : l'expérience (qui peut être organisée) et l'attitude

De nombreux interviews ont permis de construire une approche multidimensionnelle, dont les 5 axes principaux sont :

  • Consolider les visions (meanings) : voir l'ensemble, réconcilier des objectifs disparates

  • Esthétique polysensorielle

  • Création, "mise au monde" (bringing to life)

  • Développement de l'empathie (côté humain, permet "l'empathie commerciale")

  • Assumer et exploiter les ruptures (Embrace discontinuity)

Voir par exemple: Can We Afford Design During a Downturn ?

http://www.fastcompany.com/blog/fred-collopy/manage-designing/can-we-afford-design-during-downturn

Une nation innovante ?

En clôture de ces deux journées denses, le bouquet final nous a été présenté par Elisabeth Tunstall : « Redesigning America's future ».

Ce programme donne sens et cohérence au rôle et aux outils de l'administration, et semble soutenu par l'équipe Obama. Le design approché comme discipline globale et déclinable dans tous les champs de la vie quotidienne rend la démocratie moins abstraite, plus "visible" et compréhensible, depuis l'architecture des bâtiments jusqu'à la conception des formulaires administratifs pour une population hétérogène.

Toutes les propositions ont été élaborées en concertation avec l'ensemble des associations professionnelles (IDSA, designers d'intérieurs, paysagistes, graphistes...), les écoles, les entités publiques et les agences environnementales. Plusieurs rencontres ont été organisées, aboutissant à des propositions concrètes , hiérarchisées à l'aide des critères suivants :

  • Valeur pour les américains

  • Valeur pour les communautés design

  • Faisabilité opérationnelle

  • Faisabilité politique

10 grands thèmes ont été présentés, que l'on retrouve à:

http://www.designpolicy.org/usdp/policy-proposals.html

Tous les membres du Congrès américain ont reçu courant janvier un exemplaire relié du « manifeste », les promoteurs du projet comptant aussi sur le soutien populaire pour faire pression sur ces acteurs politiques.

Ces deux jours ont donc permis de parcourir de façon transversale mais cohérente la culture design, qu'elle s'applique à des produits du quotidien, à une gamme de services industriels, un écosystème régional, national, ou encore à la dynamique des services publics fédéraux à l'échelle des USA.


TMC, toujours sensible à la qualité des relations humaines et à la rencontre entre les compétences, au service de l'innovation et de l'agilité des organisations, se devait de partager ces réflexions.

Je serai ravi de recueillir vos réactions et commentaires, et de pouvoir contribuer à vos projets.

Thierry Merle

 

 
Suivant >

© 2017 TMC
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
Template Design by funky-visions.de & Open Log