TMC
 

Identification






Mot de passe oublié ?
Résumé et principales conclusions

Avertissement

Ces analyses ne représentent que les tendances perçues à travers les interviews, qui se corroboraient toutefois fortement. Des exceptions sont probables, mais ne devraient pas remettre en cause nos propositions d’action, visant à une dynamique d’ensemble de la prise en compte des disciplines non technologiques par les acteurs de l’innovation dans le domaine du pôle, et au-delà, au bénéfice des secteurs voisins.

Conclusions

Le périmètre du design

Le design est avant tout l’invitation à une expérience sensible, sensorielle, une discipline qui a pour ambition de relier l’utilité d’un produit ou service, la façon dont on le perçoit et dont on s’en sert, et le sens qu’il transmet, pour tous ceux qui entrent en contact avec lui (utilisateurs, prescripteurs, observateurs).

Le design n’est pas – contrairement à une représentation très répandue – une affaire de « look », mais une recherche de cohérence entre intentions des concepteurs, ce qui en est visible / perceptible, et les modes d’appropriation possibles. En cela, le design rejoint l’ergonomie. La conception intelligente des services et produits peut faire un bon usage conjoint de ces disciplines, quand leurs professionnels savent se concentrer sur leurs objectifs communs et la complémentarité de leurs méthodes.

Les formations et les attentes des entreprises

Ce savoir-faire est par nature transculturel et transdisciplinaire, et son acquisition ne peut se limiter à un domaine technique tel que celui d’un pôle de compétitivité. C’est pourquoi la culture de designer s’acquière généralement lors de formations longues, vers des diplômes à bac+5, avec une part importante de pratique dans des champs divers. En deçà, nous trouvons de bons professionnels sachant mettre en œuvre des règles de conception, avec des outils (logiciels) éventuellement sophistiqués, mais moins capables d’être des moteurs dans des processus d’innovation complexes.

Il y a un grand nombre de formations aujourd’hui en France, couvrant un spectre très large depuis le champ artistique jusqu’à des aspects très techniques via des disciplines des sciences humaines. Tous les acteurs rencontrés ont l’impression que l’offre de formation au design est suffisante en France, par rapport au marché visible du travail. Ce marché dispose sans doute de fortes marges de progression, si l’on compare les chiffres à un niveau international ; l’impulsion vers une plus grande prise en compte de ces savoir-faire ne peut venir que des entreprises elles-mêmes.

Ce constat a été confirmé par les contacts avec les entreprises consultées lors de cette étude. Quelques grands donneurs d’ordre s’appuient à la fois sur des compétences internes et sur des prestataires apportant une assistance à la conception de services. Hormis ces quelques cas, rares sont les entreprises du pôle conscientes qu’une meilleure utilisation du design améliorerait leur position sur leurs marchés.

Pour les entreprises disposant de stratégies d’innovation propres, il semble parfois s’agir d’une ignorance de ce que peuvent apporter réellement ces compétences, de l’absence de repères sur la façon de les trouver et les utiliser, plus que d’une volonté affirmée de s’en passer.

Par contre, dans le cas – fréquent dans notre échantillon – de PME affirmant que leurs clients (intégrateurs ou grands comptes) les sélectionnent sur des critères prix – délais, et non sur de l’innovation fonctionnelle, design ou ergonomique, cette relation n’incite pas ces PME à investir dans la conception fonctionnelle, et réduit alors leur capacité d’innovation à l’optimisation technologique. La présente étude n’est pas assez approfondie pour déterminer s’il s’agit-il d’une erreur de perception des attentes de leurs clients ou d’une situation structurelle de ces marchés. Certaines de nos propositions ont pour objectif de dynamiser et rendre plus visible ce « marché des compétences créatives ».

Orientations proposées : vers des liens plus forts entre les métiers de l’innovation

Si la question posée au début de cette étude était restée fermée en « faut-il initialiser de nouvelles formations au design en région, dans le domaine et au service des entreprises du pôle » les constats précédents conduisent sans appel à une réponse négative.

Si par contre on ouvre le questionnement plus largement, afin de déterminer comment ces disciplines peuvent être plus et mieux mobilisées au service de l’innovation, plusieurs pistes d’action semblent réalistes :
  • Mieux faire connaître ces disciplines, ce qu’elles apportent, et faciliter la rencontre entre des besoins et une offre (prestataires, stages, voire emplois stables) ;
  • Provoquer ou promouvoir des évènements qui rendent plus visibles les communautés des designers – ergonomes – concepteurs, qui mettent en relief les cultures professionnelles qui contribuent au succès d’un service, en complément des aspects techniques ;
  • Renforcer et développer les compétences régionales par la valorisation de parcours de formation continue existants, et la création si nécessaire de modules pouvant compléter l’offre actuelle, portés par des acteurs locaux mais s’appuyant sur les expertises nationales voire internationales ;
  • A terme, bâtir sur ces fondations une formation haut de gamme de niveau master, en phase avec les ambitions d’excellence des pôles de compétitivité, qui viserait à former des professionnels de l’ensemble des processus d’innovation – conception, s’adressant à des professionnels maîtrisant déjà l’un des aspects (design, technologie, marketing, ergonomie, gestion de projet…), et leur apportant les méthodes et l’expérience du travail transdisciplinaire, dans le cadre de projets réels dans des entreprises d’accueil (logiques « apprentissage » et modularité).
Bien entendu, compte tenu du caractère transversal de ces savoir-faire cité plus haut, cette dynamique ne peut pas être portée par un seul pôle de compétitivité, et doit trouver écho plus largement auprès de tous les acteurs du développement industriel.
 
ou menu de navigation ci-dessous
 
< Précédent   Suivant >

© 2017 TMC
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
Template Design by funky-visions.de & Open Log