TMC
 

Identification






Mot de passe oublié ?
Quelles compétences par et pour la FAD ?
(5 novembre 2002)

Commençons par lever un malentendu encore trop fréquemment observé au cours de nos rencontres : la formation à distance n'est PAS de l'auto-formation. Continuer à voir la F à D comme la mise à disposition de contenus, en ligne ou sur CD-Rom, exploitable par chacun individuellement, c'est se priver d'une perspective qui permet d'entrevoir tout le potentiel de ces nouvelles façons de former.

Nous disons bien "façons de former", et non nouveaux outils ou nouvelles technologies.

Parlons tout d'abord des compétences à acquérir par les utilisateurs de la FàD (le terme usuel d'apprenant, souvent employé par convention, est lui-même fort réducteur comme nous allons le voir). Nous pouvons schématiquement identifier :
  • Les compétences métier structurantes, ou de référence, associées à un savoir-faire acquis utilisable sur le moyen / long terme dans des contextes divers. Par exemple, connaître le fonctionnement du moteur à explosion, savoir entretenir ou dépanner les modèles les plus courants.
  • Les compétences métier conjoncturelles, nécessaires à la participation à un projet, à la mise en place d'une nouvelle procédure, non nécessairement pérenne. Par exemple, savoir employer un nouvel outil de test mécanique ou électronique pour un diagnostic de fonctionnement de certains types de moteurs.
  • Les compétences transversales, également mises en oeuvre dans le cadre professionnel, mais non spécifiquement liées à une tâche. Par exemple, savoir lire un schéma technique, ou savoir rechercher / oser demander une information ou une explication.
Le contexte professionnel peut faire glisser une compétence d'une catégorie vers une autre. Par exemple, savoir produire des écrits de qualité est une compétence métier structurante pour un journaliste, et non pour un dirigeant qui dispose de relecteurs. De même, selon les contextes professionnels et les métiers, les compétences nécessaires pour utiliser tel ou tel système d'information (Micro ordinateur, plate-forme de FàD, Internet...) peuvent être structurantes ou transversales. Pour un "Hot-liner", savoir trouver rapidement une réponse dans un système de gestion des connaissances peut être l'un des principaux critères de professionalisme.

Les méthodes et outils de formation structurants sont bien adaptés à la première catégorie, et les investissements nécessaires pour produire des contenus de qualité sont amortis sur un grand nombre de personnes formées sur plusieurs années. Par contre, pour tous les savoir-faire associés à des activités en changement permanent, la souplesse doit aussi être introduite dans la façon de former. Le cadre même de la formation au sens classique (référentiels de compétence...) n'est plus le seul pertinent et doit se combiner avec des façons plus dynamiques de gérer et partager la connaissance et l'expertise. Ceci différencie une approche d'entreprise ou d'organisation des logiques plus linéaires des formations diplômantes ou qualifiantes (TICE, technologies de l'Information et de la Communication dans l'Enseignement).

Le processus d'évolution des savoirs et comportements dans l'entreprise doit donc s'appuyer à la fois sur :

  • des corpus professionnels, des outils et processus d'apprentissage structurants, directifs, dans le cadre d'itinéraires de formation relativement standards,
  • des parcours d'apprentissage plus souples, mais nécessitant une évaluation tout aussi formelle lorsqu'une procédure liée au bon fonctionnement de l'organisation est en jeu,
  • des ressources techniques (intranets, outils de knowledge management...) et humaines (experts, tuteurs, conseillers) qui peuvent être sollicitées pour compléter ou faciliter l'accès aux précédentes,
  • des règles du jeu qui précisent comment s'articulent les trois points précédents, et légitiment, dédramatisent, encouragent, évaluent leur usage respectif.
Avec cette approche, les différents outils et les différentes approches de la formation ne se trouvent plus en concurrence frontale, mais deviennent complémentaires. Cette vision permet de comprendre comment peuvent s'articuler par exemple une première phase de présentiel puis un peu d'auto-apprentissage, complété par un échange collectif entre utilisateurs et/ou avec un expert (à nouveau en présentiel ou bien à distance), et une validation avec un tuteur opérationnel. Dans d'autres cas, l'ordre sera inversé, et les proportions spécifiques...

Ceci nécessite une coopération accrue entre responsables formation du point de vue RH et évolution professionnelle d'une part, managers et experts techniques d'autre part, et gestionnaires des systèmes d'information et documentaires enfin. Ces différents acteurs doivent se retrouver au sein d'un comité de pilotage de projet "formation à distance", qui serait d'ailleurs pour l'occasion plutôt un projet "évolution dynamique des compétences pour le bon fonctionnement de l'entreprise, la performance et la satisfaction des collaborateurs et des clients dans un environnement en mutation permanente".

A défaut de cette ambition, l'organisation retombera dans l'écueil fréquent d'acquisition et juxtaposition d'outils, avec un ajustement organisationnel a posteriori, et les déperditions d'énergie collective - et de moindre rentabilisation des investissements - dus à une part d'improvisation forcée.

Par contre, une fois cette ambition affichée, alors il devient possible de parler des compétences des acteurs de la formation à distance, au sein de l'organisation et de ses prestataires, définir le processus d'acquisition collective des compétences permettant de faire fonctionner ce projet sur la durée, quelles que soient les innovations techniques, pédagogiques, organisationnelles à venir.

Quelques liens utiles :

Vous trouverez les principaux liens sur la formation à distance dans notre article d'introduction .

Les lecteurs plus spécifiquement intéressés par les questions de compétence des acteurs de la formation à distance trouveront dans le numéro d'octobre des dossiers documentaires du centre Inffo plusieurs référentiels élaborés dans le cadre de projets européens ou à la demande de la DGEFTP, présentés notamment par Algora lors de la journée technique consacrée à ce sujet le  1/10/02. Quelques éléments complémentaires sont en ligne dans le dossier compétences d'Algora.

Thierry MERLE
5 novembre 2002

 
< Précédent

© 2017 TMC
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
Template Design by funky-visions.de & Open Log